Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Recherche > Projets agréés > Identités, Territoires, Cultures

Évènements et valorisation

Pour une histoire du geste technique

2014 - 2018

Cycle de séminaires intitulé "Pour une histoire du geste technique : valeur sociale et culturelle des savoir-faire artisanaux et artistiques aux époques préindustrielles". Ce cycle a reçu l'habilitation du Conseil scientifique de la MSH.

Puce bordeaux  Coordinateur

Jean-Marie Guillouët, maître de conférences en histoire de l'art, université de Nantes, CReAAH, UMR 6566, membre junior de l'Institut universitaire de France.

Puce bordeaux  Participants

  • Françoise Gatouillat (UMR 8051/Centre André Chastel - Corpus Vitrearum) :
  • Nicolas Reveyron (université Lumière, Lyon 2)
  • Frits Scholten (Rijksmuseum, Amsterdam)
  • Victor A. Stoichita (Centre de recherche en ethnomusicologie)
  • Nicola Suthor (Berlin)
  • André Guillerme (CNAM, chaire unesco)
  • Blandine Bril (École des Hautes Études en sciences sociales)
  • Marie-Noël Chamoux (CNRS-celia)
  • Annamaria Ducci (università di Siena-Arezzzo)
  • Jean-Louis Kerouanton (Centre François Viète, université de Nantes)
  • Stéphane Tirard (Centre François Viète, université de Nantes)
  • Ambre Vilain (Institut national d'histoire de l'art)
  • Arnaud Ybert (IRHiS - Lille)
  • Alexandra Ballet (université de Bourgogne)
  • Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice)
  • Pierre-Olivier Dittmar (École des Hautes Études en sciences sociales)
  • Hélène Rousteau-Chambon (université de Nantes)

Puce bordeaux  Objectifs

Si le geste technique a déjà été l'objet de différents travaux de la part des anthropologues ou des ethnologues, il n'a que rarement été considéré comme un objet historique par les historiens ou les historiens de l'art. Au long des quatre prochaines années, ce séminaire/atelier se propose donc d'aborder les savoir-faire techniques depuis une perspective historienne afin de voir si les constats faits dans le champ des sciences cognitivistes, philosophiques ou anthropologiques peuvent éclairer notre connaissance du geste technique, de son statut et de sa valeur sociale ou culturelle. À travers ces rencontres, on souhaite ainsi mettre en évidence les mécanismes de la construction des différents régimes culturels de la technique aux époques préindustrielles (tels que celui caractérisant l'art du gothique tardif, à bien des titres qualifiable de gothique hypertechnique).

Pour mener à bien ce projet, ce séminaire/atelier rassemble, à deux ou trois reprises chaque année selon une progression thématique, les spécialistes de champs variés tels que des historiens de l'art, des historiens des techniques et de la production, des anthropologues et des paléontologues, des sociologues, des psychologues cognitivistes et des philosophes de la technique.
Durant la première année de ce cycle, ce seront ainsi d'abord les discours sur la virtuosité technique et les pratiques artisanales virtuoses qui seront discutés à la lumière de cette approche pluridisciplinaire. On s'interrogera sur les définitions et les aspects possibles de ces pratiques artisanales virtuoses mais également sur leurs conséquences culturelles et sociales ainsi que sur les effet « de l'adresse » (dans les deux sens du termes) du geste technique virtuose. On sollicitera notamment les enseignements de la sociologie de la virtuosité pour éclairer les situations historiques anciennes.
La seconde année de ce cycle de rencontres conduira à aborder la question de la transmission de ces savoir-faire « incorporés » (ainsi que les définit Yves Barel). On s'interrogera sur les conditions matérielles de leur diffusion ainsi que sur les cadres culturels de leur transmission (formalisation du geste, médiations des processus...). Cette seconde année des travaux ambitionnera donc d'interroger les conditions et les modalités de l'apprentissage du geste technique et les cadres culturels de sa diffusion.
La troisième année du séminaire sera enfin l'occasion de s'interroger sur les enjeux esthétiques propres aux procédures techniques et à la virtuosité du geste dans les métiers artisanaux et artistiques. Depuis la perspective d'une histoire de l'art élargie, on questionnera ainsi le rôle de la perfection technique dans la délectation esthétique et le caractère opératoire de notions telles que l'« esthétique fonctionnelle » d'André Leroi-Gourhan pour les périodes historiques anciennes.
C'est ainsi qu'on tentera de construire un discours historique d'ensemble sur le geste technique qui s'inspirerait du projet jadis porté par Gilbert Simondon d'une science humaine unifiée.

Puce bordeaux  Collaboration

Centre François Viète d'épistémologie et d'histoire des sciences et des techniques (EA1161)




mis à jour le : 08/12/2015


haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact