Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Recherche > Projets agréés > Identités, Territoires, Cultures

Évènements et valorisation

Chaire Philosophie de l'Europe

Cette Chaire est partie intégrante du RFI Alliance Europa.

Puce bordeaux  Coordinateurs

Arnauld Leclerc, professeur de sciences politiques à l'université de Nantes, laboratoire Droit et Changement Social (DCS), UMR 6297 (CNRS/université de Nantes)
Jean-Marc Ferry, professeur de philosophie à l'université de Nantes,
titulaire de la chaire Philosophie de l'Europe, laboratoire Droit et Changement Social (DCS), UMR 6297 (CNRS/université de Nantes)

Puce bordeaux  Membres

  • Christian Berner, professeur de philosophie, laboratoire Savoirs, Textes, Langages, UMR 8163 (CNRS/université de Lille 3)
  • Grégoire Bigot, professeur en histoire du droit, laboratoire Droit et Changement Social (DCS), UMR 6297 (CNRS/université de Nantes)
  • Anne-Elisabeth Courrier, maître de conférences en droit public, laboratoire Droit et Changement Social (DCS), UMR 6297 (CNRS/université de Nantes)
  • Emmanuelle Damblon, professeur de rhétorique, Centre Chaïm Perelman et GRAL, Université Libre de Bruxelles
  • André Lucas, professeur de droit privé, IRDP, EA 1166 (université de Nantes)
  • Céline Romainville, chargée de recherche FNRS en droit public, Institut pour la recherche interdisciplinaire en sciences juridiques, Université Catholique de Louvain
  • Tristan Storme, maître de conférences en sciences politiques, laboratoire Droit et Changement Social (DCS), UMR 6297 (CNRS/université de Nantes)

Puce bordeaux  Objectifs

La distinction Public/Privé nous est léguée par l'histoire à partir de la séparation initiale entre l'État d'un côté, et la société civile de l'autre. Cette démarcation s'est même imposée comme la summa divisio dans le domaine du droit après que des générations de juristes se soient affrontées sur les critères de définition de l'un et de l'autre. La représentation classique de la société suggère qu'entre le pôle de l'État (la puissance publique) et le pôle de la société civile, il existe une médiation à travers un espace public, lieu d'expression et de formation d'une opinion publique, lieu de confrontation à une raison publique, de construction d'un intérêt commun sinon général.
Ce bel ordonnancement n'est cependant nullement immuable. La métaphore récurrente d'une mutation de grande ampleur et souterraine sur le mode d'une « tectonique des plaques » avec de puissants champs de forces - en opposition ou non - s'impose.

Du côté de l'État ou de la puissance publique, la scène s'est pluralisée avec l'émergence de l'Union européen voire des organisations internationales. Sous le coup de la mondialisation et du paradigme néolibéral, les contours, les rôles et les fonctions de l'Etat ont considérablement évolué. D'opérateur à l'époque du règne de l'économie mixte, il est devenu un simple régulateur désormais ouvertement concurrencé par d'autres autorités publiques mais aussi par des acteurs privés globalisés. Ce mouvement de rétractation et de redéfinition n'est pourtant pas uniforme ; la puissance publique intervient aussi désormais au-delà de sa sphère traditionnelle dans les champs du privé voire de l'intime.

Du côté de la société civile, celle-ci est désormais entendue comme renvoyant d'abord aux « acteurs sociaux » mais aussi aux « opérateurs privés » (entreprises, associations, voire individus) qui tendent eux-mêmes à être globalisés et non plus seulement nationaux.

Du côté des médiations entre ces deux sphères, les concepts classiques d'espace public, d'opinion publique, de raison publique, d'intérêt général sont eux-mêmes bousculés et appellent à être redéfinis.

Le programme propose donc de réfléchir frontalement à la double interrogation suivante :
Qu'est-ce qui en général mérite le caractère public ? Et qu'est-ce qui mérite d'être considéré comme ayant un caractère privé ?
L'enjeu n'est pas seulement de repérer les zones de tension, de fracture, de démarcation avec les forces sous-jacentes qui les animent. Il s'agit aussi et surtout de repenser le partage Public/Privé c'est-à-dire de tenter de construire les critères qui toutes à la fois opèrent la séparation entre l'un et l'autre et réalisent l'articulation de l'un avec l'autre.
Dans ce cadre, le programme propose d'aborder une séries de thèmes non limitativement définis comme :

  • Les origines historiques de la distinction public / privé
  • Les formes de l'hybridation contemporaine du public et du privé
  • Faut-il réfléchir en termes de « biens publics » plutôt que « d'intérêt général » ?
  • Le principe de publicité et sa logique de décentrement
  • L'économie au prisme du nouveau partage public / privé
  • Financer le développement par-delà l'impôt
  • Les médias face à la dichotomie public / privé
  • L'entreprise face à sa responsabilité sociale
  • La place de la conviction privée dans l'espace public
  • Le partage public/privé dans le champ du savoir

Puce bordeaux  Partenaires



        mis à jour le : 20/06/2017


        Contact
        Chaire Philosophie de l'Europe
        Maison des Sciences de l'homme Ange-Guépin
        5 allée Jacques Berque
        BP 12105
        44021 Nantes cedex 1 - France

        Colloques / Séminaires


        Cycle de séminaires 2017/2018 "L'Europe, à quoi bon ?"
        Programme complet

        • 23-24 mars 2017
        Colloque "Europe. Le partage public - privé en question"

        Cycle de séminaires 2016/2017 "L'intégration européenne - mythes et limites" -
        Programme complet

        2016

        Retrouvez les actualités de la Chaire sur Facebook



        haut de la page imprimer

        Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact