Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Recherche > Doctorants > Soutenances de thèses

Le mouvement orphéonique en question : du national au local (Vendée 1845-1939)

30 janvier 2012
à 14 heures

Soizic LEBRAT (CRHIA) sous la direction de M. Guy SAUPIN, professeur en histoire moderne à l’université de Nantes.

   
Composition du jury :

  • Mme Sylvie GRANGER, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université du Maine
  • Mme Sophie-Anne LETERRIER, Professeure en histoire contemporaine, Université d'Artois, Rapporteure
  • M. Jean-Yves RAULINE, Maître de conférences en musicologie,  Université de Rouen, Rapporteur
  • M. Loïc VADELORGE, Professeur en histoire contemporaine,  Université de Paris XIII


Résumé:

Ce travail de recherche s'inscrit au sein d'une histoire culturelle et sociale du fait musical. Il porte sur l'étude du « mouvement orphéonique » pris à la fois, comme objet de l'histoire depuis les premiers écrits publiés au XIXe siècle jusqu'à la production la plus actuelle et, comme phénomène de terrain défini comme l'ensemble des pratiques associatives amateurs collectives de la musique appréhendé à partir d'un recensement exhaustif des sociétés musicales du département vendéen entre 1845 et 1939. Retracer l'écriture de l'histoire du « mouvement orphéonique » revient à faire la genèse d'une illégitimité artistique et plus largement culturelle. Cette dernière se cristallise au tournant du XXe siècle au moment où les élites orphéoniques s'accorde sur l'échec de « l'institution orphéonique » à remplir sa mission originelle, à savoir, favoriser la démocratisation de la musique savante et de ses pratiques. Elle a par ailleurs induit une vision de l'évolution du « mouvement orphéonique » en trois phases, naissance, apogée, déclin. La thèse présente un renouvellement de cette vision historiquement admise en mettant l'accent sur les mutations que connaît le phénomène orphéonique en Vendée pris dans la longue durée et replacé dans le cadre plus large d'un mouvement associatif en plein essor.


Questioning the orpheon movement: from the national to the local scale
(department of Vendée, 1845-1939)
This research comes within the scope of a cultural and social history of music and studies the orpheon movement. This latter is here considered as an historical object and examined in the historical documents, from the first ones published during the nineteenth century up to the most recent productions. It is also considered as a practical phenomenon that covers all the associations of collective amateur practices of music and that can be analysed using an exhaustive inventory of the musical societies existing in the department of Vendée between 1845 and 1939. Through what has been written about the history of the orpheon movement arise the history of a process that made the orpheon artistically and, more widely, culturally illegitimate. This illegitimacy becomes obvious at the turn of the twentieth century, when the professional musical spheres, that organise the orpheon practices, agree that the orpheon institution failed to fulfil its original purpose defined in 1833, which was to facilitate the democratisation of art music and the associated practices of the social and artistic elites. This induced the notion of a three-stage evolution of the orpheon movement: birth, climax and decline. The thesis presents a renewed version of this historically accepted evolution, focusing on the changes undergone by the orpheon phenomenon in the department of Vendée. In the study, the orpheon phenomenon is considered on the long term and replaced within the wider context of a growing associative movement.

Type :
Soutenance de thèse
Lieu(x) :
Salle de conférences MSH (rdc)
Plan d'accès

mis à jour le : 05/12/2011


Télécharger

Pour vous rendre à la MSH  (Site Stade M. Saupin)

haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact