Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Recherche > Doctorants > Soutenances de thèses

Qualité de vie et développement post-traumatique à long terme d'un cancer du sein

2 décembre 2009
à 14 heures

Sophie Lelorain (LabECD) sous la direction de : Agnès Florin, professeur en psychologie du développement et de l'éducation (Nantes, Labecd) Co-encadrement : Angélique Bonnaud-Antignac, maître de conférence en psychologie médicale (Nantes, Labecd, Erssca)


Composition du jury :

- Mme Marilou BRUCHON-SCHWEITZER, Professeur, Université de Bordeaux II
- M. François DRAVET, Docteur, CLCC, Nantes Atlantique
- M. Michel MORIN, Professeur, Université d'Aix-Marseille I
- Mme Elisabeth SPITZ, Professeur, Université de Metz
- M. Joël SWENDSEN, Professeur, Université de Bordeaux II

Résumé :
Objectifs : Cette recherche a pour objectifs de décrire et surtout d'expliquer la qualité de vie et le développement post-traumatique (changements positifs psychologiques vécus suite à un événement de vie difficile) de femmes étant actuellement de 5 à 15 ans du diagnostic d'un cancer du sein, en comparaison avec d'autres n'ayant pas eu le cancer et faisant référence à l'événement le plus difficile vécu dans les 15 dernières années de leur vie. Méthode : Cette étude transversale a été menée par questionnaires auprès de 307 femmes ayant eu le cancer et 132 femmes constituant une population contrôle. Des entretiens semi directifs, conduits auprès de 28 femmes anciennement cancéreuses ont complété les questionnaires dans l'appréhension du développement post-traumatique après le cancer. Résultats : La qualité de vie des femmes à long terme du cancer est satisfaisante et comparable à celle de la population contrôle. Bien que des changements positifs soient effectivement déclarés, ils ne semblent pas spécifiques au cancer. Dans les deux populations, la qualité de vie mentale dépend essentiellement de la personnalité et du soutien perçu, la qualité de vie physique de variables sociodémographiques, médicales et des séquelles laissées par l'événement, le développement post-traumatique du coping. Conclusion : Dans l'ensemble et à long terme, le cancer ne paraît pas plus délétère que d'autres événements difficiles sur la qualité de vie. Il convient néanmoins de ne pas minimiser l'impact d'un cancer du sein dans la vie d'une femme.



Type :
Soutenance de thèse
Lieu(x) :
Salle de conférences MSH (rdc)
Plan d'accès

mis à jour le : 26/11/2009


Pour vous rendre à la MSH (nouveaux locaux)

haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact