Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Manifestations scientifiques > Lundis de la MSH

AVORTEMENT : 40 ans après la LOI VEIL ; une certaine désespérance !

28 novembre 2016
à 17h30

Les LUNDIS de la MSH


Les conférenciers
:

  • Pr Gérard DABOUIS, Professeur d'université, médecine, CREN EA266, université de Nantes et Clinique Jules Verne, Nantes
  • Dr Philippe DAVID, Chirurgien obstétricien
  • Dr Raymonde JEGOUDEZ, Médecin orthogéniste

Présentation
:

L'Avortement recouvre l'interruption volontaire et médicale de grossesse.

Interruption Volontaire de Grossesse
40 ans après la loi Veil, le principe du droit des femmes à décider d'interrompre une grossesse est semble-t-il acquis pour la majorité de la population française et des professionnels ; toutefois pour ceux-ci existe toujours la clause de conscience !
L'accès à IVG est inégal en France, avec des modalités de prise en charge très variables et discutables. De ce fait, les questions qui continuent de se poser sont encore multiples :
  • pour les femmes enceintes à 12-14 SA (semaines d'aménorrhée), par l'utilisation de la Mifépristone,  pour la question du choix de la modalité médicamenteuse ou instrumentale de l'IVG et les modes d'anesthésie.
  • pour l'organisation nouvelle (et non dite) de la prise en charge des femmes désireuses d'IVG à travers le changement des équipes médicales : les médecins militants généralistes pour la plupart qui animèrent les centres d'IVG sous le regard méprisant de la très grande majorité de leurs collègues (au premier rang desquels : les gynécologues obstétriciens) cessent leur activité.
  • les centres disparaissent et au mieux deviennent des Unités Fonctionnelles au sein de l'hôpital, récupérées par les gynécologues obstétriciens au sein de leur service pour l'institution hospitalière, les tutelles, la Sécurité Sociale... la volonté du moindre coût (externalisation, généralisation du médicamenteux). Quelle prise en charge au sein de services "non préparés" (personnel non volontaire) ?
  • La présence des anti-IVG sur internet et les réseaux sociaux : « IVG.net », « les survivants », avec fausses informations, manipulation, discours et couleurs séduisantes.


Interruption Médicale de Grossesse
L'interruption médicale de grossesse recouvre deux situations :
D'une part, la découverte d'une anomalie fœtale devient l'enjeu de décisions à prendre extrêmement complexes, exacerbées dans certaines situations par l'incertitude du pronostic. Si le jury est multidisciplinaire (médical), qu'en est-il de la volonté de la femme enceinte, de son compagnon ou partenaire ?
D'autre part les situations maternelles qui poussent certaines femmes enceintes à demander l'interruption de leur grossesse en cours. Si la femme enceinte est alors en droit de demander une IMG, celle-ci pourra lui être refusée si les raisons médicales ne sont pas jugées recevables par les médecins. Quelle place est accordée à la femme enceinte, à son autonomie mais aussi à sa vulnérabilité, dans ce processus ? Quelles sont les pratiques, le droit ignoré, la malfaisance ?

Type :
Les lundis de la MSH
Contact :
Annie Busson
Lieu(x) :
Amphithéâtre Simone-Weil MSH (rdc)
Plan d'accès

mis à jour le : 23/06/2017


Téléchargement

Pour venir à la MSH

haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact