Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Manifestations scientifiques

"Les disparus du système de santé"

22 avril 2014
16h30-18h00 : Conférences
18h00-19h00 : Table ronde

Rencontres de la MSH 2013-2014 - LES IMPENSÉS DE LA CRISE


Rencontre organisée par la MSH Ange-Guépin,
le Centre de Recherches Appliquées en Santé Publique (CRASP),
en collaboration avec l'IEA de Nantes.



Conférences
:


The problem of disappearance from India health systems

Roger Jeffery, professeur de sociologie et études de l'Asie du Sud à l'université d'Edimbourg (Ecosse), actuellement résident de l'IEA de Nantes.
La conférence sera donnée en anglais et bénéficiera d'une traduction simultanée.


A l'instar du rapport Beveridge au Royaume-Uni, les administrateurs de la santé de l'Inde britannique avaient prévu, en 1946, un service de santé où « personne ne devrait être incapable d'obtenir des soins médicaux adéquats en raison de l'incapacité de prendre soin d'elle ». S'il existe bien un système de base de santé primaire à travers l'Inde rurale aujourd'hui, il est en proie à l'absentéisme du personnel et à la corruption, dans des proportions plus ou moins importantes.
Les patients « disparaissent » des dispositifs de santé à bien des égards, mais surtout s'ils sont très pauvres, s'ils appartiennent à des minorités religieuses, à de très basses castes ou tribus, s'ils sont migrants, et s'ils ont des maladies qui ne peuvent être couvertes par les dispositifs officiels (comme la tuberculose multi résistante). Nous illustrerons ce problème à partir de deux exemples: l'accouchement et le contrôle de la tuberculose.


Le renoncement aux soins en France, représentations profanes et logiques sociales : une approche socio-anthropologique

Caroline Desprès,
anthropologue.

Le phénomène de « renoncement aux soins », introduit il y a une vingtaine d'années dans les enquêtes de l'IRDES sur la santé et la protection sociale, est de plus en plus mobilisé dans le débat public. Sans être clairement défini, il fait l'objet d'usages sociaux variés. 
Nous présenterons les résultats d'une recherche socioanthropologique réalisée auprès de personnes appartenant à différentes catégories sociales, mais en sur-dimensionnant les catégories précaires.
Dans un premier temps, nous reviendrons sur la notion de renoncement et les représentations dont elle fait l'objet, puis nous évoquerons deux formes de renoncement aux soins. D'une part, le renoncement aux soins questionne des dimensions structurelles qui entravent l'accès aux soins, rejoignant les définitions institutionnelles. D'autre part, il témoigne de l'expression d'une préférence : préférer se traiter par soi-même ou en sollicitant d'autres types de soins que ceux légitimes dans notre système de santé.



Table ronde :


Acteurs de la santé et acteurs de la recherche seront invités à débattre au tour de la question :
Les difficultés de production et d'usage des connaissances sur les processus d'exclusion du système de santé.
Peut-on réaliser une enquête sur des « disparus » ? Les acteurs de la santé (professionnels de la santé, du social et des politiques publiques) expriment une difficulté à organiser l'accueil des patients socialement fragiles et une relative méconnaissance des besoins de cette population. Comment poser le problème ? À partir des structures ou à partir des publics ? En partant des questions sanitaires ou des situations sociales ? En produisant des données sur les personnes ou sur les organisations ?



Type :
Les lundis de la MSH
Contact :
Annie Busson
Lieu(x) :
Amphithéâtre Simone-Weil MSH (rdc)
Plan d'accès

mis à jour le : 07/03/2019


Pour vous rendre à la MSH   (Site Stade M. Saupin)

haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact