Accès direct au contenu

Accessibilité | Plan du site

Maison des Sciences de l'Homme
Ange-Guépin


Accueil > Présentation

Ange Guépin

Guépin, Ange, Marie, François (Dr)
1805-1873

La maison des sciences de l'homme s'est donné le nom du Nantais Ange Guépin, personnalité qui a joué un rôle actif dans les transformations de la société française au XIXème siècle dont nous sommes les héritiers directs.

Ange GuépinRéduire la misère des hommes de son temps

Il s'est interrogé sur les causes et conséquences de ces transformations, dans la perspective de réduire la misère des hommes de son temps et de créer les conditions pour que le progrès des connaissances aille vers plus de bonheur et de liberté. Ange Guépin est particulièrement représentatif des milieux sociaux de la France provinciale de cette époque, qui ont été les agents de ces transformations, en liaison étroite avec l'intelligentsia parisienne, nationale et internationale, démocrate et républicaine, féministe et socialiste, scientifique et littéraire.

Le progrès par la science
La vie d'Ange Guépin est toute entière orientée par l'idée d'un progrès de l'humanité fondé sur le développement de la science et des techniques appliquées à l'industrie, idée qu'il avait héritée de son père, révolutionnaire de 1789 et retrouvée lors de ses études de médecine à Paris, auprès des disciples de Saint-Simon et des premiers théoriciens du socialisme utopiste français.

La révolution de 1830
Arrivé à Nantes en 1828, et accueilli par Camille Mellinet dans les milieux de la bourgeoisie libérale, il va prendre part à la révolution de 1830, y faisant la rencontre des ouvriers républicains. Il découvre alors la réalité de la misère dans laquelle vit la plus grande partie des travailleurs et, après avoir écrit une Histoire de Nantes, célèbre mais traditionnelle, il décrit avec son collègue Eugène Bonamy, dans Nantes au XIXème siècle, la ville elle-même sous tous ses aspects, urbains, artistiques, intellectuels, économiques et sociaux.

La question sociale
Cette description prend place dans un mouvement général d'interrogation sur les conditions d'une évolution sociale produisant ce qu'on dénomme alors le "paupérisme" et qui va devenir la "question sociale". C'est la naissance des grandes enquêtes sociales menées par Villermé (dont s'inspirent à petite échelle les deux nantais), Parent-Duchâtelet, Tocqueville, Villeneuve-Bargemont, Blanqui et bien d'autres.

Le premier dispensaire nantais gratuit pour les indigents
Mais Guépin est aussi et d'abord médecin ophtalmologiste. Il soigne les riches bien sûr mais aussi les ouvriers et les paysans. Il ouvre la première clinique en France pour soigner des travailleurs du bâtiment victimes d'accidents du travail, et il crée aussi le premier dispensaire nantais gratuit pour les indigents. Il est l'un de premiers médecins à opérer de la cataracte.

Commissaire du gouvernement de la République
Révolution 1848La Révolution de 1848 apparaît comme la réalisation des espoirs nés en 1830, et Guépin devient, dans le département, Commissaire du gouvernement de la République. Mais là encore les mesures prises pour faire face à la crise, telles que réduire le temps de travail à Indret pour embaucher les chômeurs, se heurtent à l'opposition de droite qui remporte les élections, puis à la répression qui suit l'insurrection de juin à Paris, rendant Guépin pessimiste sur la capacité du suffrage universel à établir non seulement la république mais une société plus juste et correspondant à la définition qu'il donne du socialisme.

La reconnaissance de l'enseignement pour les filles
Guépin devenu propriétaire foncier écrit alors de vastes ouvrages à prétention encyclopédique, fortement marqués de déisme, en même temps qu'il rejoint nombre de ses amis dans la franc-maçonnerie. Mais l'essentiel de son combat va porter sur ce qui aura été une constante de sa vie : la diffusion de l'enseignement, et plus particulièrement la reconnaissance de l'enseignement pour les filles, pour lequel il lutte avec sa femme Floresca. Il faudra attendre la fin du Second Empire et surtout la Troisième République pour que l'action d'Arsène Leloup, d'Ange et Floresca Guépin et de leurs amis républicains aboutisse à la création des écoles municipales de quartier pour les garçons, d'une école municipale de filles, et d'un enseignement professionnel féminin, futur lycée Vial.

Son journal : l'Union démocratique
Annoncée par la victoire municipale de 1869, où Guépin est élu sur le programme de Gambetta et devient premier adjoint du maire républicain catholique Waldeck-Rousseau, la Troisième République le porte à nouveau pour quinze jours à la préfecture. Mais il se démarque encore de l'opinion dominante en soutenant avec son journal l'Union démocratique, les idées de la Commune de Paris et en s'opposant avec la franc-maçonnerie à sa répression sanglante. La fin de sa vie c'est aussi la participation aux côtés de Victor Hugo, Charles Lemonnier et Charles-Louis Chassin, à la Ligue internationale pour la Paix et la Liberté qui demande l'instauration d'États unis Europe.


Ange Guépin s'éteint le 21 mai 1873.



Ses ouvrages

  • Nantes au XIXe siècle. (avec la coll. d'Eugène Charles Bonamy), réédition, Paris, éditions Phénix, MSH-Nantes, 2000, 735 p, préfacé et commenté par Philippe le Pichon et Alain Supiot.
  •  Voyage de Nantes à Indret, Nantes, Siloë, 1999.
  • Nantes au XIXe siècle. Statistique, topographique, industrielle et morale, faisant suite à l'histoire des Progrès de la Ville de Nantes. (avec la coll. d'Eugène Charles Bonamy). Nantes, Prosper Sébire, 1835.
  • Hygiène physique et morale. (avec la coll. d'Eugène Charles Bonamy). Paris : Hachette, 1971.
  • Reproduction d'un texte extrait de "Nantes au XIXe siècle", Nantes : P. Sebire, 1835.
  • Etudes d'oculistique. Paris, chez Germer-Baillière, 1844. Traité ophtalmologique.
  •  Philosophie du XIXe siècle. Etude encyclopédique sur le monde et l'humanité. Paris Gustave Sandré, 1854. Il décrit dans cet ouvrage fleuve, sous l'inspiration des idées de Saint-Simon et de Pierre Leroux, toutes les formes de vie, les découvertes et les transformations que l'humanité à faite et tous les bénéfices qu'elle peut en tirer pour le bien être de tous.
  • Notice sur le tombeau de François II, duc de Bretagne par Michel Columb (1507) : placé dans l'église cathédrale de Nantes. 3è éd. / P. Sebire / 18--
  • Monographie de la pupille artificielle [Texte imprimé] : suivie de la description d'une opération nouvelle qui a pour but la distension permanente de la pupille. P. Sebire / 1841.
  • Du traitement médical des cataractes naissantes [Texte imprimé] [s.n.] / 1858.
  • Du traitement médical des affections de l'appareil cristalloïdien [Texte imprimé] [s.n.] / 1857.
  • Études théoriques et cliniques sur les maladies des yeux [Texte imprimé] : l'oeil et la vision. Germer Baillière / 1857.
  • Histoire de Nantes : augm. de 30 lettres inédites de l'auteur à Mme Boreau, sa soeur. Réimpr. de l'éd. de 1839 / Bellanger Coiffard G. Durance / 1973.
  • Traité d'économie sociale. [s.n.] / 1833.
  • Le socialisme expliqué aux enfants du peuple. G. Sandré / 1851.
  • Philosophie du socialisme ou étude sur les transformations dans le monde et l'humanité. G. Sandré / 1850.
  • Philosophie du socialisme ou étude sur les transformations dans le monde et l'humanité. G. Sandré / 1860.

mis à jour le : 27/04/2007


haut de la page imprimer

Fil RSS des 10 dernières actualités | Contact